Beauté empoisonnée : La Belladone

J’inaugure avec cet article sur la Belladone, une nouvelle catégorie de post pour vous partager mon savoir sur ce que j’appelle les beautés empoisonnées : les plantes « poison ». J’entame donc avec la plus célèbre des empoisonneuses, celle que l’on surnomme « la belle mais redoutable », la Belladone ou Atropa belladonna pour les intimes.

Bien souvent, le nom latin d’une plante est étroitement lié à ses caractéristiques morphologiques ou à sa ressemblance avec une autre plante. En ce qui concerne la Belladone, on retrouve l’origine de son nom dans l’histoire. Le nom de genre « Atropa » vient d’Atropos, qui était une des Parques dans la mythologie grecque. Elle avait le destin des mortels entre ses mains et pouvait couper le fil de vie d’un humain à chaque instant. La Belladone fait partie de ces plantes qui, à un certain dosage, ont un effet calmant et d’antidouleurs, et à un autre, provoque des hallucinations ou encore la mort. Le rapport avec Atropos prend alors tout son sens, ainsi que la métaphore entre la posologie et le fil de vie. Le nom d’espèce « belladonna » vient, comme vous vous en doutez, des femmes italiennes de la Renaissance qui avaient pour habitude de déposer quelques gouttes de jus de Belladone mélangées avec de l’eau dans leurs yeux. Cela avait pour effet de provoquer une mydriase et de donner un regard très envoutant. De même, elles utilisaient également de l’hydrolat de Belladone afin de se blanchir leur peau. Beauté fatale.

belladone2Absolument toutes les parties de la plante sont toxiques : tige, feuille, fleur, fruit, racine. Mais les fruits restent les plus redoutables compte-tenu de leur concentration élevée en hyoscyamine, atropine et scopolamine. On reconnait cette plante vivace par ces fleurs en trompettes pourpres caractéristiques, mais surtout à ses baies noires à l’aspect très juteux. La Belladone est devenue rare de nos jours, mais on peut encore la trouver dans des bois au sol calcaire.

L’ingestion de deux à quatre baies est relativement peu grave, cela provoquera chez l’adulte uniquement des nausées et un mal-être superficiel. En revanche, la consommation de cinq à une vingtaine de baies engendrera des hallucinations, des troubles respiratoires et visuelles et une difficulté à se déplacer. Enfin, au delà de trente baies, la Belladone aura raison de vous en à peine quelques heures. Malgré le poison qu’elle renferme, la Belladone est toujours utilisée de nos jours dans le domaine médical, surtout en ce qui concerne les maladies du foie, des reins, ou bien neurologiques. Elle est également utilisée en homéopathie.

belladone3

Si vous souffrez d’une intoxication modérée à la Belladone, buvez une grande tasse de thé noir bien concentré et ça devrait déjà aller mieux.

La Belladone était autrefois au centre de nombreuses croyances. En plus d’être un poison redoutable, c’était « the » plante sorcière par excellence. On raconte qu’elle provoquait un état de transe permettant d’avoir des visons, un voyage astral ou encore d’entrer en communication avec la divinité Hécate. D’autre part, plusieurs personnes ayant abusé de la Belladone témoignent s’être transformés en loup sous son influence.

Signature

Retracer depuis votre site internet.

Vous pourriez aussi aimer

Commentaires

  • Lydia

    Écrit sur 18 octobre 2016

    Répondre

    Ouahu 🙂 magnífique article, je trouve treeeès interessants les petites histoires cachés dans certaines plantes . J´aime beaucoup ta façon d´écrire! (^-^)

  • Jeandive

    Écrit sur 2 novembre 2016

    Répondre

    Le nom de cette plante m’a toujours fait un petit quelque chose. C’est beau, « Belladone », pour quelque chose qui peut te tuer.

Laisser un commentaire

Close
%d blogueurs aiment cette page :