Beauté empoisonnée : la Mandragore

Cela fait bien longtemps, trop longtemps même, que je ne vous ai pas parlé d’une de ces chères plante poison. Dans la famille des Solanacées, je demande la Mandragore ! Ses autres petits noms : Main de Gloire, Pomme du Diable ou encore Herbe de Circé. Comme ses amies Belladone et Datura, la Mandragore est toxique par la présence d’alcaloïdes. Les racines sont les plus concentrées, mais les feuilles et les fruits ne sont pas en reste pour autant. Une légende raconte que les premiers hommes étaient des mandragores (en raison de la forme plus ou moins humaine de sa racine) et que suite à des siècles d’évolution et à l’aide de quelques divinités, nous avons émergé de la Terre.

L’utilisation de la Mandragore par ingestion est très déconseillée, que ce soit en huile infusée, en tisane ou bien en teinture officinale. Bien qu’elle possède de nombreuses vertus, son dosage est assez hasardeux. Mais voici tout de même une liste (non exhaustive) de ses bienfaits :

Sur le corps

• Sédative
• Antispasmodique
• Anti-inflammatoire
• Aphrodisiaque
• Anti-rhumatisme

Sur le mental

• Hypnotique
• Hallucinogène
• Combat l’angoisse
• Anti-dépressive

Sur l’esprit

• Clairvoyance
• Exacerbe les sens
• Protection de l’être et du foyer

Depuis l’Antiquité jusqu’au Moyen-Âge, on l’utilisait pour faciliter les accouchements, pour anesthésier les blessés avant une opération (au moyen d’une éponge « soporifique » imbibé de Mandragore et d’autres sédatifs), pour soigner les morsures venimeuses mais aussi pour les articulations douloureuses. Elle était également employée chez les femmes stériles ou ayant du mal à tomber enceinte. Le pouvoir de la Mandragore sur la fertilité provient directement de la Théorie des Signatures, à savoir, l’aspect de la plante renseigne sur ce qu’elle soigne. Vous savez, on dit souvent, à juste titre, que les noix sont bonnes pour le cerveau, tout comme leur forme l’évoque ? Eh bien il en est de même avec la Mandragore : sa racine évoque le corps humain et encourage donc sa reproduction. La Mandragore possède même la capacité, pour les plus sensibles, de plonger des individus dans un sommeil profond rien qu’en sentant son odeur. D’ailleurs, lorsqu’elle est utilisée à des fins sédatives, la Mandragore amène dans un repos si profond que l’on pourrait croire l’individu mort. Allez savoir, peut-être était-ce de la Mandragore dans le filtre que Juliette a ingéré ?

Je précise tout de même que malgré ses vertus, elle reste toxique et l’ingérer à outrances peut conduire à une perte de parole totale ou à un sommeil éternel. De même, une utilisation cutanée est possible, même si je ne l’encourage pas aux non-initiés, mais requiert de l’espacement entre chaque prise car les toxines mettent du temps à être évacuées de l’organisme et il ne faut en aucun cas les accumuler.

Personnellement, une question me taraude. Comment une plante possédant de telles vertus bénéfiques et étant encensé dans de nombreuses religions et peuples (Chrétienne, Égyptienne, chez les Germains et les Grecs…) peut-elle être l’objet d’une image si négative et lugubre ? De nombreuses soi-disantes sorcières ont fini sur le bucher à cause de cette plante, Jeanne d’Arc y compris ! Certaines légendes rapportent que la Mandragore, la Pomme du Diable, était la plante par excellence du Démon et que la simple mise à nu des racines pouvait tuer un homme. En effet, être récolteur de mandragore était une vocation et ne s’improvisait pas. Le guérisseur devait suivre un programme strict avant la cueillette : préparation rituelle, ablutions purificatrices, jeun alimentaire, abstinence sexuelle… Ce rite de pré-récolte était obligatoire pour la sécurité du guérisseur, on dit que l’arrachage de mandragore en dehors des règles provoque la mort instantanée.

Après avoir découvert tous les pouvoirs de la Mandragore, j’ai décidé de l’intégrer à ma pratique, très prudemment, et d’en faire un baume de clairvoyance à appliquer sur le troisième oeil. Je vous livre ma recette, mais je ne vous encourage pas à utiliser la Mandragore à moins de bien la connaitre et d’être totalement confiant ! C’est une plante toxique à ne pas prendre à la légère, il ne faut pas l’ingérer, en abuser, ou l’utiliser pour s’amuser.

Baume de mandragore
  • 1 mesure de beurre de Karité
  • 1 mesure de cire végétale
  • 1 mesure de macérât huileux (huile infusée) de Mandragore et d’Armoise
  • Quelques gouttes d’huile essentielle de Lavande

La Mandragore est utilisée pour son pouvoir de clairvoyance, l’Armoise car c’est la plante par excellence de la femme, de la protection et de la divination. L’ajout d’huile essentielle de Lavande n’est pas obligatoire mais cela permet une meilleure conservation du produit et son parfum aide à se détendre. Pour l’infusion de Mandragore et d’Armoise, je la réalise à froid et utilise de l’huile de pépin de raisin. Je laisse infuser le tout dans un bocal hermétique, enfouie dans de la terre chaude, ensoleillée. Je préfère utiliser la plante entière de Mandragore, pas seulement ses racines, car je crois au principe du « totum » de la plante, à savoir que la plante dans sa totalité est plus puissante que si elle est fractionnée.

Une fois le macérât prêt, il suffit de faire fondre lentement au bain-marie le beurre de Karité, la cire végétale, d’y ajouter l’huile (préalablement filtrée) et de mélanger. Ajoutez l’huile essentielle, mettez en pot et laissez refroidir avant de fermer le pot. Vous pouvez utiliser n’importe quelle huile, cire ou beurre pour cette recette, seul la consistance du produit changera.

Retracer depuis votre site internet.

Vous pourriez aussi aimer

Commentaires

  • L'Akène

    Écrit sur 17 mars 2018

    Répondre

    La photo est splendide !

    Ton article est génial et rien que le nom de Mandragore nous fait basculer dans un autre monde/temps …
    As-tu eu l’occasion d’aller visiter l’exposition Venenum à Lyon ? C’est lors d’une émission sur France Culture dédiée aux poisons que j’en ai entendu parler la semaine dernière. Je compte y aller avant la fin et j’ai de suite pensé à ton blog 🙂

  • Angèle/Brune

    Écrit sur 18 mars 2018

    Répondre

    Je n’arrête pas de chercher la recette pour ce type d’utilisation, couplée à la jusquiame et la belladone. Impossible de trouver. Peut-être que c’était une variation gardée jalousement par chacune des sorcières ^^
    Alors, ton baume a-t-il porté ses fruits ?

    • The Bewitching Poisoner

      Écrit sur 19 mars 2018

      Répondre

      Les recettes d’onguent de vol sont très peu (voire pas du tout) diffusées sur le net, déjà parce que c’est un savoir ancestral, mais aussi car la recette est dangereuse et ne doit pas tomber dans les mains de n’importe qui ! Après si tu t’en sens capable, tu peux inventer ta propre recette mais gare aux dosages 🙂

  • Andreya

    Écrit sur 19 mars 2018

    Répondre

    Bonjour Eryn,

    J’ai découvert votre blog il y a peu et je me délecte de vos articles. Je regarde régulièrement si vous avez publier un nouvel article car je n’ai pas réussi à m’inscrire à la lettre d’information…

    Merci pour cet article très intéressant sur cette plante mystique qu’est la mandragore. Je voudrais personnellement approfondir mes recherches sur les plantes sorcières et la sorcellerie traditionnelle/hedgewitchery, avez-vous des sources à partager sur ces sujets ?
    J’aimerais également me faire un jardin de sorcière et aimerais savoir où vous vous êtes procuré votre mandragore ?

    Merci d’avance pour vos réponses et pour ce blog qui m’inspire énormément.

    Andreya

    • The Bewitching Poisoner

      Écrit sur 20 mars 2018

      Répondre

      Merci beaucoup pour ton retour, ça fait chaud au coeur ! 🙂 Pour la mandragore, je la fait pousser moi-même mais tu peux en trouver sur internet, même si ce n’est pas très courant ! Pour ce qui est de sources sur l’hedgewitchery, c’est plus compliqué… Il y a très peu d’ouvrages en français là dessus, et parfois je tombe sur du grand n’importe quoi (de même sur internet d’ailleurs). Il y a énormément de monde qui font la confusion entre hedgewitchery et hearth/kitchen witchery :/

  • Andreya

    Écrit sur 20 mars 2018

    Répondre

    Oui, c’est vrai que ce n’est pas toujours évident de trouver des ouvrages à la fois sérieux et intéressants dans les domaines de la sorcellerie…
    Pour revenir sur la mandragore, je voulais justement savoir où il était possible de trouver un pied mère pour la cultiver moi-même également.
    En tout cas, merci de m’avoir répondu.

  • chamane

    Écrit sur 8 avril 2018

    Répondre

    les principes actifs étant des alcaloides, on les transfère mieux dans un corps gras en présence d’ un alcali
    mais la recette peut effectivement mener au cimetière…ou à l’ hôpital psychiatrique

Laisser un commentaire

Close
%d blogueurs aiment cette page :