De l’usage des plantes toxiques et onguent de vol

Les plantes possèdent des pouvoirs assez extraordinaires. Elles peuvent être utilisées en médecine, elles peuvent être utilisées pour leurs vertus magiques et elles peuvent donner la mort. Le plus fou, c’est qu’une même plante peut tout faire à la fois, tout est une question de posologie. Bien des personnes mettent en garde les autres vis à vis de la toxicité de telle ou telle plante. Mais un poison qui peut nuire est bien souvent un médicament qui peut guérir.

Certains trouveront peut-être ma passion pour ces plantes un peu morbide, mais pour ma part je les trouve fascinantes. Cependant, ce que j’appelle « The Poison Plant Path » ou bien «  », n’est pas à prendre à la légère. Il est primordial de connaitre les plantes que l’on côtoie et requiert un rigoureux apprentissage : leurs histoires, leurs potentiels, leur chimie, leurs utilisations. Une autre façon plus sensible de connaitre ces plantes est, tout simplement, d’apprendre à les faire pousser chez vous et à les entretenir. Un lien plus intime et étroit se forme alors et vous serez moins susceptible d’être blessé par leur dangerosité, d’autant plus si vous comptez les utiliser.

Bien qu’en ingérant ce type de plantes l’on s’assure une belle mort, leur utilisation par d’autres voies est tout à fait possible (avec un dosage dans la limite du raisonnable bien entendu). Médicament, magie, anesthésiant, tonique… chaque plante à ses vertus. En magie, les plantes toxiques sont très utilisées par voie cutanée via des macérats huileux ou pommades, on raconte qu’elles permettent une fuite de l’âme hors du corps et une vue spirituelle de notre environnement.

Durant mes recherches, vous l’aurez deviné, je suis tombée sur des écrits à propos du fameux « Flying Ointment », l’onguent de vol des sorcières. Enfin, on l’attribue aux sorcières mais l’Histoire nous montre que cet onguent existait déjà durant la Grèce Antique. Cette pommade est constituée d’huile dans laquelle l’on a fait infuser le quatuor infernal : Belladone, Datura, Jusquiame Noire et Mandragore. Une réunion de famille chez les Solanacées en quelques sortes. On dit que partout où l’on peut trouver ces plantes, cultivées ou bien sauvages, il en est de même pour des sorcières.

Cette pommade s’applique sur la base du cou, lien entre le corps et l’esprit, ou bien sous la plante des pieds. Un petit aperçu du voyage ? Pour commencer, les effets seront très physiques, vous vous sentirez euphorique, comme avec de l’alcool. Puis vos pupilles se dilateront, vous aurez chaud, froid, votre bouche vous paraîtra sèche et vous aurez une vision plus floue des choses qui vous entoure. Ensuite, votre perception sensorielle va complètement basculer, vous verrez, entendrez, toucherez, sentirez, goûterez comme jamais, tous les sens étant décuplés et à l’affut. Enfin, pour l’aspect plus spirituel, chacun réagit différemment. Vous pouvez avoir des pensées très profondes, vous émerveiller devant ce nouveau monde qui s’ouvre à vous, entendre et voir des choses non perceptibles d’ordinaire tout autant que ressentir de la crainte et vous enfoncer dans un délire cauchemardesque.

“As I anoint my body with this salve, my spirit will loosen from its flesh and fly from here.”

D’un point de vue plus scientifique, ces plantes psychoactives stimulent la glande pinéale ce qui implique une forte sécrétion de mélatonine. C’est cette substance qui induit un état de rêve éveillé, naturellement cela ne se produit que durant notre sommeil. Les phénomènes de rêves lucides (à ne pas confondre avec des hallucinations) et d’expériences hors du corps sont directement liés à cette hormone du sommeil.

Je précise tout de même que l’esprit de cet onguent n’est pas de « faire un trip pour le fun » et qu’il faut respecter ces plantes. Si tel est votre désir, vous le regretterez, je vous ai déjà parlé du caractère assez unique de Lady Datura. Cet onguent est seulement un outil pour celles qui ont déjà le don de percevoir les autres mondes, fait avec des plantes traditionnelles, pas un trip de LSD. Ces plantes ne créent pas d’autre monde ou bien vous transportent au loin, elles n’enlèvent que les barrières entre les mondes. Elles sont les clés de la conscience et nous libères de nos oeillères.

Retracer depuis votre site internet.

Vous pourriez aussi aimer

Commentaires

  • Blue Althea

    Écrit sur 4 janvier 2017

    Répondre

    J’aime beaucoup ton article, je m’interesse aux plantes depuis longtemps et c’est vrai que je n’ai jamais essayé de fabriquer des onguent, j’ai déjà eu ces états de rêves éveillés qui tu décris, j’entendais ma famille parler au salon et pourtant je rêvé et contrôler mon rêve, c’était très perturbant mais tellement fascinnant !
    Des bisous
    Blue Althea

  • chamane

    Écrit sur 14 janvier 2017

    Répondre

    atropine, hyoscamine, scopolamine; à bien maitriser , sinon risque de requiem aeternam !!!
    la recette requiert également une base ( à l’ origine cendres) et une matière grasse saponifiable; en remplaçant les solanacées par de la cafeine, on obtient un savon anticellulite
    faites quand même gaffe: cette recette à voler est un authentique stupéfiant hallucinogène

Laisser un commentaire

Close
%d blogueurs aiment cette page :