Initiation aux arts divinatoires

Une jeune demoiselle est venue me demander récemment, si je pouvais écrire un article pour l’aider à apprendre la divination par les cartes (poke Julie). Sa question m’a fait réfléchir et, une chose en entrainant une autre, je me suis décidée à écrire un guide initiatique pour trois arts divinatoires différents. J’ai sélectionné les trois que j’utilise le plus souvent, tout en étant à la portée de tous au niveau du matériel et de la démarche. Je parlerai donc du Tarot (de Marseille ou autre), des Oghams et des feuilles de Thé. Je vais expliquer en détail comment je me prépare avant un travail divinatoire, comment je m’installe, comment je choisis la méthode à privilégier en fonction de la question, comment je procède, les autres manières possibles et les grandes lignes d’interprétation des cartes, Oghams et symboles.

Je tiens à préciser que tout ce qui va suivre concerne ma façon de faire ! C’est quelque chose que j’ai établi en fonction de mes diverses expériences, de mon instinct, des résultats observés, etc. En matière de divination, il n’y a pas qu’une seule manière de procéder et chacun peut adapter selon son ressenti. Attention, article long en perspective ! Faites-vous une bonne tisane, asseyez-vous confortablement et c’est parti !

Rituel de préparation

Ne brûlons pas les étapes, avant de se lancer dans de la divination il est important d’observer un petit rituel, histoire de se concentrer et de se détacher d’éventuelles mauvaises influences qui pourraient biaiser les résultats. Une fois de plus, il s’agit de ma façon de procéder, n’hésitez pas à l’adapter à votre sauce ! Simplifiez-le si vous trouvez cela trop fastidieux, personnalisez-le, rajoutez des éléments, bref, laissez-vous guider !

Trouvez un endroit calme, intérieur ou extérieur, où il n’y a aucun risque d’être dérangé par quoique ce soit. Éteignez télévision, téléphone, appareils électroniques divers. Vous pouvez écouter de la musique si vous le souhaitez, mais à un volume très raisonnable et quelque chose qui renforce l’atmosphère magique. Pas la danse des canards.

Tout d’abord, je purifie rapidement l’espace où je compte m’installer, à l’aide d’un bâton de sauge. J’imprègne la pièce de cette fumée, ainsi que mes mains et mon visage. Puis, je m’installe : je délimite un espace en traçant un cercle au moyen d’un mélange d’herbes séchées (armoise, menthe, absinthe) connues pour purifier, protéger et stimuler les facultés psychiques. Ces plantes sont parfaites pour cet usage je trouve, elles refoulent les énergies négatives tout en restant perméables aux autres énergies ! Ensuite, je déploie le tissu qui me sert de nappe de divination (réservée à cet usage seulement), j’allume une bougie voire un peu d’encens, j’installe les éléments dont j’aurais besoin, je me mets au sol en m’asseyant sur mes talons et médites quelques instants. L’intérêt de cette étape est de créer un moment de calme avant le travail divinatoire, permettant de se concentrer sur la demande que l’on souhaite émettre, de se connecter aux énergies, de se délaisser de tout ce qui pourrait entraver la divination. Je profite également de ce moment pour doucement boire une tisane parfaite pour la divination (recette ici) et applique un peu de baume divinatoire (ici aussi) sur mes poignets.

Quelle méthode utiliser ?

Tarot, Oracle, Runes, Oghams, feuille de Thé, boule de cristal, miroir… ce n’est pas les moyens de divination qu’il manque ! Alors lequel choisir ? Et dans quelles circonstances ? Ici encore, la réponse varie selon les personnes. Je vous conseille de tester plusieurs types de support divinatoire, vous sentirez très vite avec lesquels vous êtes le plus à l’aise. Pour ma part j’ai commencé avec le Tarot car c’était le plus courant et le plus « facile » en quelques sortes. J’ai commencé sans grande conviction mais j’ai tout de suite été bluffée par la puissance des cartes. Puis j’ai continué à découvrir d’autres moyens et suis tombée amoureuse des Oghams celtiques ainsi que de la tasséomancie (les feuilles de Thé). Il semblerait que la dimension « végétale » me convienne mieux en matière de divination !

Pour ceux qui utilisent plusieurs moyens de divination, une question se pose souvent : comment choisir lequel employer selon la question que l’on souhaite poser ? Le meilleur conseil que je puisse vous donner est de vous fier à votre instinct ainsi qu’à votre expérience ! De mon côté, je privilégie le Tarot lorsque ma question implique une réponse développée, nuancée, complexe, avec un important travail d’interprétation. En ce qui concerne une question plus simple, ou bien une question d’attitude ou encore une question du style « comment dois-je me comporter face à cet évènement ? » ou « que dois-je comprendre de cette situation ? », j’utilise les Oghams. Enfin, pour ce qui est de prédire un futur proche, sur une période donnée, je privilégie la lecture dans les feuilles de Thé.

La grande question que l’on se pose aussi lorsque l’on débute : dois-je interpréter en fonction du fond ou de la forme ? Par exemple, dans le cas d’une carte de Tarot, dois-je m’intéresser à la représentation ou au message qu’elle véhicule ? Eh ben, les deux. Mais cela se fait au cas par cas en vérité. Pour ma part, je me base sur la signification de la carte ou bien de l’Ogham plus qu’à son image ou bien son nom. Mais parfois les coïncidences sont vraiment trop belles pour n’être dues qu’au hasard, c’est carrément un gros clin d’oeil de l’univers. Mettons que vous êtes en études de Droit pour devenir avocat mais que vous vous posez des questions sur poursuivre ou non dans cette voie et que vous tirez la carte de Tarot « la Justice ». Voilà quoi, le message est clair sans même se référer à sa symbolique !

Divination par le Tarot

Que vous possédiez un Tarot de Marseille ou d’une autre édition, la méthode reste la même et les significations des cartes varient très peu. Personnellement, je possède un Tarot « classique », le Tarot Noir ainsi qu’un Tarot orienté « Nature », le Tarot de la Forêt Enchantée. Les deux sont constitués de la même manière, on y retrouve seulement quelques petites différences : le nom et l’interprétation des cartes du second Tarot se réfèrent beaucoup à la Nature, à la Roue de l’Année  ainsi qu’aux croyances celtiques. Par exemple, la carte « l’Ermite » devient « l’Homme Encapuchonné », « l’Empereur » devient « l’Homme Vert », la famille « Bâton » devient la famille « Flèche », etc. Dans tous les cas, je vous conseille de garder à portée de main, lors de votre divination, le livre d’interprétation des cartes qui se trouve avec le jeu de Tarot lorsque vous l’achetez.

Commencez par déterminer quelles cartes vous allez utiliser pour ce tirage. S’agit-il du paquet entier ou bien uniquement des Arcanes Majeurs ? Sachez que les messages forts sont délivrés par ceux-ci, les Arcanes Mineurs quant à eux apportent des nuances, des précisions au message principal. En général, si vous réalisez un tirage avec peu de cartes (une ou trois par exemple), les Arcanes Majeurs suffisent. En revanche, si vous vous lancez dans un tirage complexe impliquant beaucoup de cartes (il en existe qui nécessite plus d’une vingtaine de cartes !), travaillez avec le jeu entier. Déterminez ensuite les modalités de votre tirage. Accordez-vous un sens particulier au sens envers ou endroit de vos cartes ? Combien de cartes comptez-vous tirer, quelle disposition allez-vous adopter et quelle signification pour chaque position ? Tout dépendra de votre question. Pour ce qui est du sens des cartes, pour ma part je n’en tiens pas compte, c’est quelque chose qui ne me parle absolument pas.

Mélangez les cartes faces cachées avec intention, en pensant à votre demande et sentez l’énergie de vos mains imprégner les cartes. Avant de les étaler, je garde parfois le paquet dans les mains quelques instants, entre mes deux paumes, pour le charger plus encore de mon énergie. Étalez les cartes devant vous, si possible avec un geste régulier et de manière uniforme. Pour ma part, je les étale en arc de cercle, en essayant d’avoir autant de classe que Mlle Vanessa Ives. Pour choisir les cartes, j’ai deux méthodes différentes. Parfois j’utilise l’une, parfois l’autre, parfois les deux en même temps. Le plus souvent, je balade ma main au-dessus des cartes jusqu’à ce qu’elle s’arrête sur une en particulier ou bien qu’un de mes doigts s’agite d’un petit réflexe au-dessus d’une carte. Il m’arrive parfois de choisir mes cartes uniquement avec mes yeux, elles attirent mon regard. Prélevez donc autant de cartes qu’il est nécessaire pour votre tirage. Laissez-les faces cachées jusqu’à la fin et faites attention de respecter la position et l’ordre prévu pour les cartes de votre tirage ! Procédez ensuite à la lecture en découvrant d’abord la première carte et ainsi de suite. Interprétez les résultats obtenus, essayez de faire des liens entre les différentes cartes et surtout, prenez des notes !

Exemple de tirage très facile [Arcanes Majeurs] : énoncez votre question ou votre problème de façon très simple et claire. Tirez une carte seulement, elle sera une piste pour résoudre votre problème.

Exemple de tirage facile [Arcanes Majeurs] : posez votre question et tirez trois cartes. Disposez la première au centre, la seconde à gauche et la dernière à droite. Retournez la première carte en l’interprétant comme un résumé de votre question ou problème. La seconde vous apprendra ce qui est défavorable à votre situation et la troisième vous indiquera l’action à effectuer.

Exemple de tirage intermédiaire [Jeu Entier] : l’Arbre du Monde. Ce tirage implique huit cartes qu’il faudra impérativement disposer de la manière suivante : 2, 5, 7, 8, 6, 1 de haut en bas. Placez la carte 3 à la gauche de la 5 et mettez la carte 4 à sa droite. Vous obtenez normalement une forme de croix.

1 : Racines, quelle est la source du problème ?
2 : Branches, vers quoi peut évoluer le problème ?
3 : Est, qu’emportez-vous avec vous ?
4 : Ouest, que laissez-vous derrière-vous ?
5 : Sud, qu’espérez-vous ?
6 : Nord, que craignez-vous ?
7 : Le Chemin, qu’est-ce qui vous permettra de résoudre le problème ?
8 : La Sagesse de l’Arbre du Monde, la sagesse cachée du problème.

Si vous ne possédez pas de livre détaillant les significations des cartes, je vous conseille celui-ci. Je ne suis pas d’accord avec tout, notamment le chapitre sur la prévision, mais les descriptions des cartes y sont bien faites ! Je vous déconseille de vous fier aux informations trouvées sur internet, on y trouve un peu tout et n’importe quoi… ou alors il faut automatiquement recouper les informations avec d’autres sites.

Divination par les Oghams

Pour ceux qui ne connaissent pas l’Ogham, j’en parle ici. En quelques mots, il s’agit d’un alphabet celtique employé uniquement par les druides pour communiquer entre eux, ainsi que pour la magie. Chaque lettre est associée à un arbre, à sa symbolique et à ses pouvoirs. Pour faire court, c’est l’équivalent des runes (Futhark) pour les Celtes ! Vous pouvez les acheter ou bien les fabriquer vous-même, du moment que le support employé est du bois (rondelles ou bâtonnets, à vous de choisir). Pour ma part, j’ai acheté mon jeu d’Ogham chez cet artisan car il proposait un modèle en bâtonnets de noisetier (particulièrement sacré chez les Celtes) de Stonehenge qui m’a beaucoup attiré. Il propose également une version du jeu d’Ogham où chaque lettre est gravée sur le bois qui lui correspond. C’est très intéressant comme démarche, malheureusement c’est un jeu que l’on ne peut employer pour la divination car on distingue facilement chaque Ogham. Il faut également savoir qu’à la base, cet alphabet était composé de vingt lettres seulement. Ce n’est que plus tard que cinq autres, appelées « forfeda » furent rajoutées. À vous de voir si vous préférez utiliser l’alphabet initial ou le complet. Pour ma part j’emploie la totalité des Oghams pour la divination.

Il subsiste très peu, voire pas du tout, d’écrits relatant la procédure pour tirer les Oghams, en divination. De ce fait, il n’y a pas de manière « officielle » de tirer les Oghams et chacun le fait un peu à sa sauce ! Pour ma part, j’ai trois méthodes de tirage différentes, en fonction de la complexité de la situation et du temps que j’ai devant moi. Pour ce qui est de l’interprétation et de la signification de chaque Ogham, je me réfère les yeux fermés à cet ouvrage, que je trouve génial. Vous pouvez le retrouver gratuitement en ligne ici, il n’est pas complet mais présente déjà pas mal de choses. En plus de parfaitement décrire chaque Ogham sous tous les aspects possibles, il met également en évidence les liens entre l’Ogham, l’astrologie, le Tarot de Marseille, les runes scandinaves, etc.

[Méthode du sachet] C’est la plus simple de toutes ! Il s’agit de disposer les Oghams dans un petit sac en tissu, de se concentrer sur notre demande, de mélanger et d’en choisir un.

[Méthode du Tarot] Ici, l’idée est d’utiliser l’Ogham comme si c’était un jeu de Tarot. Je vous conseille donc de vous référer à la méthode dite plus haut ! Commencez par établir les « règles » de votre tirage : jeu initial ou jeu entier, combien d’Oghams tirés, quelle position et quelle signification pour chaque Ogham tiré, importance endroit-envers des Oghams, etc. Une fois ce travail réalisé, disposez les Oghams devant vous, faces cachées et choisissez ceux qui vous attirent, exactement comme avec un Tarot.

[Méthode du jeté] C’est sans doute la méthode la plus complexe et la plus longue. Elle donne de très bons résultats pour les situations complexes ou épineuses. Commencez par mélanger les Oghams et par les « charger » dans vos mains. Concentrez-vous sur votre demande, ainsi que sur ses aspects délicats. Puis jetez les Oghams sur votre nappe de divination. Éliminez tous ceux qui sont tombés hors de la nappe ainsi que ceux qui apparaissent face cachée. Ne déplacez aucun autre Ogham, la disposition de chacun d’eux va influencer votre interprétation ! Considérez les Oghams se trouvant au centre comme les plus importants, ce sont eux qui vous aideront le plus par rapport à votre demande. Au fur et à mesure que les Oghams s’éloignent du coeur, ils sont moins importants et servent à nuancer, à préciser les messages des Oghams du centre. Petite précision, que les Oghams sortent « tête en haut » ou « tête en bas » n’a pas d’importance pour ce tirage !

Divination par les feuilles de Thé

Un art divinatoire que tout le monde connait, mais que très peu pratiquent ! Pourtant c’est une technique très simple et qui ne demande aucun matériel spécifique ou livre pour interpréter. Vous aurez seulement besoin d’une tasse blanche ou claire (sans motif intérieur), de la coupelle qui va avec, de Thé (ou de café) et d’une petite soif. Pour le Thé, utilisez-en un en vrac, si possible noir, non mélangé et pas trop fin. Commencez par vous préparer votre infusion : faites bouillir de l’eau, déposez votre thé directement dans votre tasse et laissez infuser une dizaine de minutes. Dégustez votre boisson doucement, en prenant garde de ne pas avaler les feuilles de Thé. Normalement celles-ci restent au fond de la tasse. Profitez de ce moment de détente pour vous concentrer sur votre demande, sur ce que vous voulez savoir. Arrêtez votre dégustation de sorte à laisser un léger fond dans la tasse. Tenez-la alors par la anse, tournez-la à trois répétitions en suivant la course du soleil et retournez-la sur la coupelle. Certains préconisent de réaliser ce geste avec la main gauche car c’est la main du coeur et de l’intuition, je vous laisse vous faire votre opinion à ce niveau là. Patientez quelques instants afin que le reste de liquide s’écoule sur la coupelle. Retournez votre tasse et découvrez les formes qu’ont pris les feuilles de Thé.

Une échelle de temps est donnée en fonction des zones de la tasse : plus les feuilles sont proches du bord, plus elles annoncent un futur imminent ; plus elles se situent au fond, plus elles impliquent des évènements éloignés. Prenez votre temps pour interpréter tout cela. Commencez par noter toutes les formes que vous voyez. Continuez par observer leur position dans la tasse, voire les relations évidentes entre certaines formes. Enfin, intéressez vous à la signification de chacune de ces formes. Je vous conseille d’interpréter, dans un premier temps, ces formes selon votre propre vécu et ressenti. Par la suite, si certaines formes ne vous évoquent rien de particulier, faites des recherches sur le web sur leurs significations et n’oubliez pas de recouper les données pour avoir une meilleure vue d’ensemble ! Vous pouvez déjà vous référer à cette page ainsi qu’à celle-ci, qui proposent une interprétation des formes les plus courantes.

Retracer depuis votre site internet.

Vous pourriez aussi aimer

Commentaires

  • LanuitLanuit

    Écrit sur 19 mai 2018

    Répondre

    Ce que j’adore c’est qu’il y autant de pratiques que de pratiquants ! J’adore voir comment chacun procède, chacun a ses petits trucs mais en fait je crois que l’instinct prime souvent. Merci beaucoup du partage ! Le gros soucis pour le tarot et moi c’est que je n’arrive pas du tout à le tirer pour moi même…ce qui fait qu’il est souvent au placard (bien sur ça m’ennuie !)

Laisser un commentaire

Close
%d blogueurs aiment cette page :