Légendes & Herbes de Litha

Le sabbat de Litha, également connu comme le jour de la Saint-Jean, du Solstice d’Été, « Midsummer » ou encore, plus récemment, de la Fête de la Musique, se célèbre le 21 juin. Selon les pays, il peut être fêté du 20 au 24 juin. À l’opposé de Yule, Litha est le jour le plus long de l’année. Une fois achevé, les journées diminueront peu à peu jusqu’à la Saison Sombre. Vous l’aurez deviné, il s’agit d’un jour très chargé en pouvoir, le voile entre les mondes s’amoindrit, la magie et la musique envahissent notre quotidien, le Soleil est à son apogée, la Nature est reine. Cet intense pouvoir est particulièrement lié à la fertilité, à la guérison, à l’amour et à la protection. C’est pourquoi cette fête présente le terrain parfait pour la récolte d’herbes magiques et médicinales. Les plantes récoltées durant la Saint-Jean sont chargées de l’énergie du Solstice, leurs pouvoirs sont décuplés et nos préparations à base de plantes baigneront dans cette magie. Pour profiter pleinement de ce sabbat, je vous ai concocté un programme qui le met à l’honneur tout en étant agréable et accessible à tous.

Aurore en pleine Nature & Feu de Joie au Crépuscule

Le sabbat de Litha fait partie de ces célébrations qui prennent tout leur sens lorsqu’elles sont réalisées en pleine nature. Ici, la Nature éblouissante et féconde est honorée, de même que le Soleil qui est au Zénith de son cycle. Je vous invite donc à sortir pour admirer le lever du soleil. Trouvez un endroit avec une vue dégagée, un endroit paisible, où vous vous sentez bien et ne serez pas dérangé. Vous pouvez aussi choisir un endroit chargé en magie, mais l’on ne dispose pas tous d’un site comme Stonehenge ou Callanish près de chez soi ! Pour ma part, je pense m’installer sur des falaises sauvages en bord de mer. Je m’y sens bien et y retrouve les quatre éléments. Installez-vous confortablement et imprégnez-vous peu à peu du soleil grandissant, sa lumière, sa chaleur, sa caresse. Ressentez son énergie et sa magie. Prenez votre temps pour savourer le paysage, la lumière, les sons de la Nature ou pour méditer.

Une fois que le crépuscule montre le bout de son nez, je vous invite une fois de plus à vous baigner dans les dernières lueurs du Soleil, puis à préparer un Feu de Joie. S’il y a bien une tradition immuable sur la Saint-Jean, c’est celle du feu ! Déjà petite, dans mon village natal provençal, je me souviens de ces énormes feux qu’on faisait et de sauter au travers les uns après les autres. Quoiqu’il en soit, préparez un feu, en toute sécurité. Pas besoin qu’il soit gigantesque si vous célébrez seul(e) Litha, un feu de camp fera l’affaire ! Le Feu de Joie du Solstice est censé être festif, alors n’hésitez pas à jouer ou écouter de la musique, à chanter, à danser autour (dans le sens de la course du soleil), à y bruler des fleurs parfumées ou encore à sauter au travers, toujours avec prudence. Une légende raconte que traverser le Feu de Litha apporte chance et protection.

Récolte d’herbes magiques & Recettes de la Saint-Jean

Comme évoqué plus haut, la fête de la Saint-Jean est une aubaine pour la récolte d’herbes chargées de pouvoir, une bénédiction pour les herboristes. La Nature est au summum de son épanouissement, elle déclinera à partir de ce jour, de même que le Soleil. Traditionnellement, la récoltes de ces herbes est réalisée par des femmes uniquement, durant la nuit du 23 au 24 juin. Il est important de cueillir les plantes avec la rosée lunaire, avant que le soleil ne les caresse. De nombreuses herbes peuvent être ramassées lors de la Saint-Jean, mais les réels « Simples de la Saint-Jean » sont les suivants :

  • Millepertuis (Hypericum perforatum) contre le mal et la dépression,
  • Armoise (Artemisia vulgaris) apporte bonheur et protection, maux de la féminité,
  • Verveine (Verbena officinalis) herbe sacrée de la protection,
  • Fougère mâle (Dryopteris filix-mas) contre les mauvaises sorcières,
  • Chiendent (Elymus repens) purifie le corps,
  • Sauge (Salvia officinalis) purifie l’esprit, panacée pour le corps (guérit tout),
  • Grande camomille (Tanacetum parthenium) allégorie du soleil, maux du quotidien.

Dans certains écrits datant du Moyen-Âge, il est recommandé de récolter les plantes « à reculons ». En effet, la véracité des pouvoirs des plantes était de notoriété publique et beaucoup pensaient que les herbes possédaient une « aura défensive ». Ce pouvoir d’auto-défense empêcherait le cueilleur de profiter des vertus de la plante. En récoltant les herbes tout en leur tournant le dos, elles ne déclencheraient pas cette aura. Personnellement, je n’ai pas trop d’avis sur cette croyance, je vous laisse vous faire votre propre opinion ! Bon, c’est bien beau de cueillir les simples de la Saint-Jean, mais qu’en faire par la suite ? Voici deux recettes, une qui emploie les herbes fraiches et l’autre séchées.

Gateaux de la Saint-Jean

Voici une recette toute simple de gâteaux type sablés salés. J’ai adapté la recette à mon régime végétalien, mais vous pouvez la modifier selon vos envies. Vous pouvez déguster ces sablés à votre guise, en apéro, avec un pesto maison (je vous propose une recette ici !), comme en-cas en randonnée…

  • 100g de farine
  • 50g de margarine
  • 10g d’huile d’olive
  • 8 feuilles de sauge fraiche (Salvia officinalis)
  • 6 petits brins de romarin frais (Rosmarinus officinalis)
  • Fleur de sel

Commencez par ciseler finement la sauge et le romarin. Dans un autre récipient, mélangez la farine, la margarine (bien ramollie), l’huile d’olive et le sel. Après avoir obtenu une pâte homogène, ajoutez-y les herbes, mélangez à nouveau et formez un boudin. Enveloppez le boudin dans du film alimentaire et laissez-le reposer au frais environ une heure. Une fois la pâte bien reposée, tranchez des rondelles d’environ 5 millimètres d’épaisseur. Déposez-les sur une plaque couverte de papier sulfurisé et enfournez une dizaine de minutes à 180°C. Et surtout, efforcez-vous d’attendre que les sablés aient totalement refroidis avant de les dévorer !

Sachet des Simples de la Saint-Jean

Les sept Simples de la Saint-Jean peuvent être trouvés à l’état sauvage dans presque toute la France, pas d’excuses pour ne pas en profiter. L’idée est de récolter quelques brins de chaque plante : tiges, feuilles, fleurs, mais laissez les racines à leur place ! Mettez-les à sécher en petits bouquets aérés dans un endroit sec et ventilé, la tête en bas. Le séchage est plus ou moins rapide selon les plantes et leur teneur en eau. Une fois que l’intégralité des herbes est bien sèche, ciselez le tout et disposez les herbes dans un sachet en tissu naturel. Vous pouvez utiliser votre mélange d’herbes lors de vos rituels, afin d’invoquer les pouvoirs du Solstice d’Été, ou bien vous pouvez l’utiliser comme « Dream Pillow » à placer sous l’oreiller pour s’imprégner du bienfaits des herbes durant la nuit.

Divination avec l’Ogham « Quert »

De même que chaque Ogham représente une essence végétale, il représente également une période de l’année. J’ai choisi de créer un tirage divinatoire selon le symbole de l’Ogham « Quert »  ᚊ car celui-ci correspond au Solstice d’Été. Cet Ogham, correspondant au Pommier, évoque, entre autres, la magie, la cyclicité, la vie, la guérison, la joie, l’amour, la fécondité… Les mêmes pouvoirs que ceux dégagés par le sabbat de Litha. Je vous propose donc le tirage suivant, à réaliser avec le Tarot de votre choix.

Ce tirage comporte dix cartes. Commencez par chercher dans votre jeu les cinq cartes suivantes : Le Soleil, Le Jugement, L’Impératrice, L’Empereur et Les Amoureux. Disposez-les verticalement comme sur le schéma, Le Soleil en position I, Le Jugement en II, etc. L’axe vertical représente Litha ainsi que ses énergies principales :

I : Le Soleil = Le sabbat,
II : Le Jugement = La Guérison,
III : L’Impératrice = La Fécondité,
IV : L’Empereur = La Protection,
V : Les Amoureux = L’Amour.

Procédez ensuite au tirage. Concentrez-vous sur l’énergie de chaque carte et sur ce qu’elle représente (guérison, protection…) et tirez une carte que vous disposerez horizontalement à gauche de l’axe (veillez à garder le symbole de Quert ᚊ).

VI : Vision globale de ce que Litha peut vous apporter,
VII : Un aspect de votre vie ou de votre personnalité à panser pour avancer,
VIII : Une idée, un trait, un projet à développer qui apportera bien-être et épanouissement,
IX : Un moyen de vous protéger sans vous empêcher de concrétiser vos idées,
X : Un conseil pour rendre votre couple durable ou bien faire une rencontre pérenne.

Chaudron fleuri & Eau de Litha

Comme vu plus haut, lors de ce sabbat il y a sept Simples particulièrement mis en avant. Mais Litha reste tout de même la fête de la Nature, la célébration de son épanouissement, l’apogée de sa beauté, alors pas question de délaisser les autres plantes. Je vous propose donc de concocter une eau magique, une Eau de Litha. Pour ce faire, munissez-vous de votre plus beau panier ainsi que de votre sécateur ou serpette préféré(e) et partez vous balader. L’idée est de cueillir, avec parcimonie, deux bonnes poignées de fleurs sauvages en tout genre. Quelques coquelicots, deux ou trois pâquerettes, un beau calendula, des petits boutons d’or, une ou deux belles roses, un peu de jasmin et de chèvrefeuille, trois brins de lavande, une tige de digitales… bref, ce que vous voulez ! Veillez cependant à ne pas déplumer une plante en lui prenant toutes ses fleurs. De même, prenez garde à ne pas récolter de fleurs irritantes pour la peau telle que la Berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum).

Une fois la cueillette faite, placez les fleurs dans un chaudron et ajoutez de l’eau froide afin de bien couvrir et imbiber les fleurs. Si vous n’avez pas de chaudron, un compotier ou bien une simple casserole fera l’affaire ! Pour ma part, je laisse infuser les fleurs dans l’eau quelques heures, sous le Soleil de Litha, à son zénith, afin de charger l’eau de son énergie. Mais cette étape est facultative alors agissez à votre guise. Ensuite, je réalise une eau florale, un hydrolat. Le mot peut faire peur mais en réalité c’est très facile à faire.

Commencez par placer au milieu de votre récipient contenant les fleurs, un bol résistant à la chaleur. Veillez à ce que toutes les fleurs se retrouvent autour de votre bol et non pas écrasées sous celui-ci. Posez un couvercle sur votre récipient, tête en bas, afin d’obtenir une forme en vasque. Le couvercle doit absolument couvrir tout le récipient, être étanche et rester clos jusqu’à la fin ! Mettez ainsi le tout à chauffer. Dès que vous commencez à observer la formation de vapeur sur le couvercle, passez à un feu plus doux et disposez des glaçons dans le creux du couvercle. Ce processus va permettre à la vapeur d’eau chargée en actifs de fleurs de se liquéfier à nouveau, jusqu’à perler dans le bol. La distillation se termine lorsque vous ne voyez plus de vapeur d’eau. À ce moment-là, arrêtez le feu et laissez reposer une quinzaine de minutes, toujours avec le couvercle. Une fois cette étape achevée, récupérez votre eau florale et mettez-la en bouteille. Vous pouvez la conserver à température ambiante, cependant la fraicheur et l’obscurité améliore sa conservation. Je ne vous recommande en aucun cas de l’ingérer ou bien de l’utiliser d’un point de vue cosmétique sachant que vous pouvez potentiellement mettre des plantes toxiques dedans (la digitale par exemple). Utilisez cette Eau de Litha uniquement dans un contexte spirituel, lors de vos sorts, consécrations, etc.

Chant de Litha

Ô Soleil aux flammes ardentes,
Ô Nature on ne peut plus florissante,
Que mon coeur rayonne de ta chaleur,
Que mes délices s’épanouissent tels tes fleurs.
Entends le chant scintillant de ma harpe,
Qui berce mon envoutant bain d’Hysope,
Permets-moi d’embrasser ton énergie,
Belle Litha qui magnifie mes jours et mes nuits.

Retracer depuis votre site internet.

Vous pourriez aussi aimer

Commentaires

  • Andreya Tsepesh

    Écrit sur 18 juin 2018

    Répondre

    Bonsoir Eryn,

    Merci pour ce merveilleux article sur Litha qui m’inspire beaucoup pour ma célébration à venir. Etant moi-même très axée sur les plantes dans ma pratique sorcière, cet article est un pur bonheur.
    J’aime beaucoup les sujets que tu abordes ici ainsi que ta façon d’écrire. Je prends donc un immense plaisir à lire chacun de tes articles.

    Je te souhaite une très belle célébration de Litha.

    Andreya

  • Lisbeth Nemandi

    Écrit sur 19 juin 2018

    Répondre

    J’vais faire le tirage wesh ! J’ai tellement envie gnuh gnuh gnuh. En plus Litha c’est mon sabbat chouchou keur keur. Oui je suis fatiguée je vais au lit

Laisser un commentaire

Close
%d blogueurs aiment cette page :