[TAG] 10 Pagan Fun Facts

J’ai été tagué par mon amie Hilde du blog « La Fille des Saisons » pour répondre au célèbre TAG « 10 Pagan Fun Facts », alors voici quelques anecdotes sur ma pratique ! N’hésitez pas à visiter son blog pour découvrir ses réponses et à me donner les vôtres en commentaires.

1. Je déteste la mode des « Sorcières » : personnellement je n’ai rien contre les films ou séries qui ont pour thème les sorcières, quel que soit leur interprétation du personnage. En revanche, je ne supporte pas cette mode qui s’installe depuis quelques années où être une sorcière devient un style vestimentaire, un look, une mode superficielle, un moyen de faire le buzz sur internet et j’en passe. Je trouve ça hautement irrespectueux, sans parler des préjudices que cela peut causer aux « vraies » sorcières…

2. J’ai les poils qui se hérissent quand les gens me considèrent comme Wiccan : une fois encore, je n’ai rien contre le mouvement Wiccan, je respecte leurs membres, je n’y adhère juste pas. Dans le monde de l’ésotérisme il y a de nombreuses voies et j’ai tendance à m’énerver contre les personnes qui font l’amalgame que Magie = Wicca, sans aller voir plus loin que le bout de leur nez (ou bien de leur TV en l’occurrence). C’est bon, j’arrête de râler maintenant, promis !

3. J’ai exploité ma spiritualité en faisant tout à l’envers : même s’il est vrai qu’il n’y a pas vraiment de guide, de chronologie pour découvrir sa spiritualité, il y a quand même des choses à faire avant d’autres. Personnellement, j’ai mis un gros coup de pied dans tout cela ! La spiritualité m’est un peu tombé sur le coin de la figure et je me suis retrouvée à découvrir un monde si vaste avec tant de choses intéressantes… Naturellement, je me suis dirigée vers ce qui m’attirait le plus. C’est de cette façon que je me suis retrouvée à pratiquer divination et rêve lucide avant même de savoir tracer un cercle.

4. Je ne crois pas au Bien et au Mal : pour moi, rien n’est tout blanc ou bien tout noir. De même, je ne pense pas qu’il existe de personne fondamentalement mauvaise ou bonne, tout est une question d’équilibre. Je pense que chaque être renferme une part égale d’ombre et de lumière. Seuls les évènements de nos vies nous influencent et nous poussent à alimenter, à dévoiler, une part plus qu’une autre. Cette notion d’équilibre est quelque chose qui me passionne profondément ! C’est également pour cela que j’ai commencé à m’intéresser aux plantes toxiques : elles sont la parfaite illustration de cet équilibre, à la fois remède et poison.

5. J’attends que les outils m’appellent pour les utiliser : il y a des outils magiques qui nous attirent plus que d’autres. Pour ma part, les outils de divinations (tarot, oracle, ogham), le chaudron, les bougies, l’encens et le grimoire sont ceux qui m’ont le plus appelé. À l’inverse, l’athamé ou bien la cloche,  le pentacle ne me parlent pas du tout. J’ai donc commencé par faire l’acquisition des outils que je souhaitais intégrer dans ma pratique, puis… rien. Une fois l’objet acheté, je l’installe à sa place, puis je n’y touche pas tant qu’il ne m’appelle pas. Par exemple, j’ai attendu une année entière avant d’utiliser mon tout premier tarot. Pour mon chaudron, en revanche, après une seule journée il m’ordonnait déjà de l’emmener avec moi en forêt !

6. Les plantes sont le pilier central de ma pratique : vous vous y attendiez pas hein ?! Je ne sais pas trop quoi vous dire de plus là-dessus. Les plantes, les herbes, les arbres, les fleurs, j’ai pour ces êtres un amour inconditionnel, indescriptible. Je perçois leurs pouvoirs aussi clairement que je vois le ciel, je les respecte, les vénère pour cela, et elles me le rendent bien.  J’ai même élevé certaines plantes au rang de divinité à qui je parle et fait des offrandes. Il m’arrive carrément de pleurer lorsque je vois quelqu’un passer l’épareuse sur les talus et bas-côtés.

7. Je crée mes propres correspondances en fonction du sens que je donne à chaque chose : il existe de nombreux ouvrages faisant le lien entre les plantes, les planètes, les éléments, les couleurs, les symboliques… Pendant plusieurs années je me suis inspirée de ces ouvrages, même si les correspondances ne me parlaient pas, sans trop me poser de question. Puis j’ai eu une évidence, je me suis rendu compte qu’un travail magique basé sur des éléments qui ne me parlent pas ne pourrait jamais être efficace. Partant de ce point-là, j’ai revu toutes les correspondances en fonction de mon ressenti, de mon vécu, etc. Ainsi, la menthe à mes yeux ne peut-être que liée à l’élément Eau, la couleur qui symbolise la divination pour moi est le violet, non le jaune, etc…

8. J’ai beaucoup de mal à gérer les flux d’énergies : je suis quelqu’un de très sensible, qui a tendance à absorber toutes les énergies qui viennent à moi mais à très peu les redistribuer. J’accumule donc beaucoup, ce qui est à la fois positif et négatif. D’une part, toute cette énergie me permet une efficacité parfaite dans mes travaux magiques, dans mon intuition et dans ma spiritualité en général. D’un autre côté, au bout d’un moment je ne peux plus rien absorber, alors je perds ma sensibilité durant une courte durée puis une fois la goutte d’eau atteinte, je laisse brutalement toute l’énergie sortir. J’essaie beaucoup de travailler là-dessus, afin de réussir à relâcher l’énergie en la dispersant et non en la concentrant sur quelqu’un ou quelque chose, ce que je fais actuellement… Autant vous dire que les périodes de pleine lune sont difficiles pour moi !

9. J’ai un toc qui me ralentit lors de mes rituels et travaux magiques : j’ai un oeil assez exigeant qui n’est satisfait qu’en présence d’une parfaite harmonie esthétique : symétrie, équilibre des formes, du plein et du vide, de l’ombre et de la lumière. Tant que je n’ai pas atteint cette harmonie, je ne peux pas me concentrer sur autre chose. C’est quelque chose qui me ralentit énormément lors de mes rituels, de mes créations de talismans ou même lors de l’écriture dans mon Livre des Brumes. Oui, le Livre des Ombres c’est trop cliché pour moi, place aux Brumes !

10. Je n’ai pas de familier : je possède actuellement un animal guide, qui me suit depuis bientôt trois années. Il m’arrive également de rencontrer d’autres animaux guides à des moments clés de ma vie, mais ceux-ci sont seulement de passage. En revanche, je n’ai encore jamais eu de familier. Je ne sais pas si je ne l’ai pas encore trouvé, ou bien si je n’en ai juste pas le besoin. Depuis quelques temps, j’ai constaté la présence redondante d’un petit être chez moi, mais il est encore trop tôt pour penser à un familier qui se dévoile. L’avenir me le dira !

Retracer depuis votre site internet.

Vous pourriez aussi aimer

Commentaires

  • Andreya TSEPESH

    Écrit sur 10 octobre 2018

    Répondre

    Bonjour Eryn,

    Très intéressant cet article qui nous permet d’en savoir un peu plus sur toi et ta pratique.
    Je me suis retrouver dans plusieurs choses que tu as écrite : l’engouement très “superficiel” pour les sorcières, l’amalgame sorcière=wiccan, mon besoin d’esthétisme pour mes autels, mon journal de pratique et mon grimoire, (j’aime beaucoup ton terme “livre des brumes” au passage, tellement plus original que “livre des ombres” qui est un terme d’origine wiccane si je ne m’abuse?), pratiquer ma sorcellerie de manière plutôt intuitive, la proéminence des plantes dans ma pratique (et celle de la lune également), me procurer (ou plus souvent confectionner, je préfère quand c’est possible) et utiliser un outil que si j’en ai réellement besoin et pas parce que cela fait “normalement” partie de l’attirail de la sorcière parfaite.
    Concernant les correspondances, je suis souvent dérangée par ce qui est écrit dans les ressources que je consulte. j’aime l’idée de créer tes propres correspondances, celles qui te parlent vraiment et je pense que je travaillerai en ce sens à l’avenir, il faut juste que j’y réfléchisse un peu… Et pour l’anecdote, moi aussi j’associe le violet à la divination 😉 !
    Pas de familier non plus, pour le moment en tout cas. Je fais faire des recherches sur les animaux guides dont tu parles car cela a piqué ma curiosité et que je ne connais pas le sujet.
    Enfin, concernant la part d’ombre et de lumière en chacun de nous, je ne peux qu’être d’accord. D’instinct et de par mon vécu, je ne sens souvent plus du côté de l’ombre (je n’ai aucune inspiration ni attirance pour fêter les sabbats de la saison claire par exemple et de par mon caractère, mon esprit torturé (et mon apparence), beaucoup de personnes me renvoient une image sombre de moi-même (ce qui ne me gêne aucunement!). Pendant un temps, j’ai essayé de combattre cela et d’aller plus vers la “lumière” mais je ne me sentais pas bien, comme si je n’était pas moi-même. J’ai fini par revenir vers qui je suis vraiment, accepter et vivre en harmonie avec cette part d’ombre tout en sachant qu’elle ne fait pas de moi quelqu’un de mauvais…

    Merci beaucoup d’avoir partager ces dix informations sur la sorcière que tu es avec nous.
    Belle journée à toi.

    Andreya

Laisser un commentaire

Close
%d blogueurs aiment cette page :